Accueil Le Monde
Publicité sur le web
tout.lemonde.fr > info.lemonde.fr > International

Format pour impression

Envoyer par mail

  Bernard Suchecky, chercheur à l'Université libre de Bruxelles
« La priorité donnée par Pie XII au catholicisme allemand étonne »

 
Mis à jour le mercredi 25 octobre 2000

« Dans quelles conditions a travaillé cette commission juifs-catholiques, dont vous êtes l'un des six membres ?

- Le Vatican nous a proposé une démarche radicalement inverse de celle que pratique tout historien. Celui-ci va d'abord aux archives et publie ce qui ne l'a pas été. A nous, il a été demandé au contraire de nous en tenir à l'examen des seules sources documentaires déjà publiées. Nous avons joué le jeu, mais en estimant d'emblée que, pour dépassionner ce débat sur l'Eglise pendant la guerre, il est nécessaire d'ouvrir toutes les archives et d'en laisser l'accès libre aux historiens. Je voudrais insister sur la qualité de la collaboration entre les six historiens juifs et catholiques. Je crois pouvoir dire que tout s'est passé sans tenir compte de nos appartenances respectives, et il m'est arrivé plus d'une fois de juger des collègues catholiques plus critiques sur le Saint-Siège que moi-même ou certains de mes collègues juifs.

- Sur quoi porte votre critique des travaux historiques déjà publiés par le Vatican ?

- Les Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la seconde guerre mondiale sont une mine d'or, mais nous avons relevé des contradictions entre les intentions exprimées par ces onze volumes et leur contenu. Par exemple, dans l'introduction au deuxième volume - lequel est entièrement consacré aux lettres adressées par Pie XII aux évêques allemands -, les éditeurs jésuites soulignent qu'un « abondant courrier » arrive d'Allemagne au Saint-Siège. Mais de ce courrier, rien n'est publié sauf, dans le meilleur des cas, sous la forme d'un petit résumé. Ou, à l'inverse, des lettres dramatiques sur les persécutions de juifs, écrites par des évêques allemands ou des aumôniers italiens sur le front de l'Est, sont publiées, mais on ne sait rien de ce qui a suivi. Comment le courrier est-il traité au Vatican ? Par quel circuit arrive-t-il jusqu'au pape ? Quelles discussions suivent des avertissements aussi forts ?

- Qu'est-ce qui vous frappe le plus dans l'attitude de Pie XII ?

- C'est la priorité donnée à l'Allemagne et aux catholiques allemands, au détriment, par exemple, des catholiques polonais. Sans doute l'Eglise allemande est-elle la plus exposée en Europe, à l'exception des Eglises sous le joug communiste, mais l'importance stratégique que le pape accorde au catholicisme allemand étonne. Elle est nourrie par la vision qu'il a d'un communisme avec lequel il faut en finir, du nazisme qui est une épreuve qu'il croit passagère et d'un retour à une Allemagne conservatrice forte et disciplinée, au sein d'une coalition mondiale contre le bolchevisme. Cette vision dure pratiquement jusqu'à l'entrée en guerre de l'Union soviétique aux côtés des alliés.

- Comment expliquez-vous que l'opinion soit plus dure avec le pape qu'avec certains dirigeants politiques qui n'ont pas réagi beaucoup plus vite aux dangers pesant sur les juifs ?

- Il nous semble évident que le Vatican s'est soucié parfois plus que certains gouvernements alliés d'aider des juifs, en particulier des juifs convertis et baptisés, appelés dans les documents « catholiques non aryens ». Alors pourquoi s'en prendre davantage à Pie XII ? Selon Eva Fleischner, la seule théologienne de notre groupe, le pape est investi d'une mission prophétique. Il ne m'appartient pas, moi qui ne suis pas catholique, de dire si Pie XII s'est acquitté ou non de cette mission, mais pour Eva Fleischner, ce pape a failli. Je regrette que cette question n'ait pas été reprise dans notre rapport final. »

  Propos recueillis par Henri Tincq



Le Monde daté du jeudi 26 octobre 2000

Retour haut de page

Droits de reproduction et de diffusion réservés; © Le Monde 2000
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Politique de confidentialité du site.
 
     Publicité