OEDIPE: le Portail des Psychanalystes Francophones

[?] Informations
[I] Imprimer
[@] Nous écrire

Actuel de la Shoah, témoigner de l'impensable

Aujourd'hui, parler de la Shoah c'est, depuis 1985, parler à partir de ce point d'appui, événement originaire, acte de nomination, le film de Claude Lanzmann, Shoah.

La Shoah, tentative de destruction totale des juifs d'Europe, impose une éthique, une dialectique, celle du souvenir/oubli, contre l'effacement destructeur des traces.

Dans l'ici et maintenant de cette journée, historiens, psychanalystes, cinéastes, artistes, théologiens, politiques, philosophes, responsables institutionnels sont sollicités pour interroger au plus vif de la pensée, de l'image, les témoignages de l'impensable.

Donner sa mesure subjective au non-sens, c'est, à l'heure de la «déconstruction du national», par la mise en place de la communauté européenne et à l'heure de la mondialisation, penser les effets dans la langue, dans le discours, l'image, d'une telle rupture de l'histoire. Il s'agit de favoriser un dire sur les conséquences complexes dans notre actuel, de la Shoah : à ce qui, bien que nommé, ne s'inscrit pas ou mal dans la parole, séjourne en creux, à notre insu, en chacun de nous.

Parler de la Shoah, c'est vouloir dire ce qui est arrivé à la vie. C'est, dans l'actuel, attester des effets produits, dans la société civile, politique, culturelle comme dans l'intime du sujet, d'une transmission brisée, d'une langue aux mots exterminés. C'est aussi affirmer l'invention perpétuelle du sujet, entre intime et politique.

Questions donc, à l'actuel de la Shoah, à ce qui se trame au c^Üur d'un textuel sans cesse à l'épreuve. Questions également à la lettre de l'archive face au risque d'une réïfication commémorative. Questions aussi du possible comme de l'impossible d'une «réparation».

Par ce passage de témoin à l'articulation des mémoires, européenne, yiddish, israélienne, interroger le Et pourtant, celui du dire, de l'entendre, de l'écrire, cerner ce pensable/impensable de la Shoah, tel est le parti pris de cette journée.

Impératif donc, une écoute, une parole contre la violence nue et aveugle, pour une responsabilité de l'acte, pour la création, étonnement renouvelé devant l'invention par le sujet entre intime et politique de ce qui, contre la mort, va vers la vie.

ACTUEL DE LA SHOAH, TEMOIGNER DE L'IMPENSABLE

Dimanche 25 mars 2001
Palais du Luxembourg
Sous la Présidence de Philippe Richert
Salle Médicis
15 rue de Vaugirard
75006 Paris

Renseignements
D.Rosenfeld Katz.
Tél : 0148870466
Email : dhrose@club-internet.fr

COMITE D'ORGANISATION
Henri Cohen Solal (Psychanalyste, de Maguen Noar)
Père Patrick Desbois (Secrétaire du Comité épiscopal pour les relations avec le judaïsme)
Rabbin Daniel Farhi (Organisateur du Yom Ha Shoah en France. MJLF)
Jean-Jacques Moscovitz (Psychanalyste, de Psychanalyse Actuelle)
Fernand Niderman (Psychanalyste, de Pyschanalyse Actuelle)
Gérard Rabinovitch (Philosophe)
Danièle Rosenfeld Katz (Peintre, Psychanalyste, du Centre Vladimir Medem)

Dimanche 25 mars

9h30-9h45


Ouverture - JJ Moscovitz

9h45-11h10


«Actuel de la Shoah»
Président de séance: JJ Moscovitz
Intervenants:
Mr Elie Barnavi, Ambassadeur d'Israël en France, Claude Lanzmann (Cinéaste et Directeur de la revue «Les Temps Modernes»),
G.Wajcman (Maître de conférences à l'Université de Paris 8, écrivain, psychanalyste): «Shoah et actualité de l'image»
Meïr Waintrater (Directeur de la revue «l'Arche»): «Touche pas à ma mémoire»,
E.Rafowicz (Psychanalyste).

11h15-12h30


«Et pourtant, dire, entendre, écrire»
Présidente de séance: D. Rosenfeld Katz
Intervenants:
Rachel Ertel (Professeur des Universités). «Le Yiddish, la langue et la crypte».
Nabile Farès( Psychanalyste): «D'une histoire à construire...».
Anny Dayan-Rosenman (Maître de conférences à l'Université Paris 7): «Ecrire, redonner un nom, une parole».
Henri Cohen-Solal (Psychanalyste): «La jeunesse israélienne face à la Shoah».
Denis Charbit (Enseignant à l'Université de Tel-Aviv).

14h-15h30


«Penser la réparation...»
Président de séance: Fernand Niderman.
Intervenants:
JJ Moscovitz (Psychanalyste) «Dette et injusticiable».
Annette Wievorka(Directrice de recherche au CNRS): «Histoire cavalière de la réparation».
Ariel Colonomos (Maître de Conférences à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris): «Exiger la restitution à l'heure de la mondialisation».
Fernand Niderman (Psychanalyste): «Rue des Archives».
Haïm Vidal Sephiha (Professeur Emérites des Universités): «Une mémoire judéo-espagnole pour Auschwitz-Birkenau»

15h35-17h


«Témoigner de l'impensable»
Présidente de séance: Anne-Marie Houdebine.
Intervenants:
Shmuel Trigano(Professeur à l'Université ParisX Nanterre. Directeur du Collège des Etudes juives): «Pensable, impensable, trop pensable».
Thierry Perlès(Psychanalyste): «ça pense...».
Père Patrick Desbois (Secrétaire du Comité épiscopal pour les relations avec le judaïsme): «Ceux qui ont vu».
Rabbin Daniel Farhi (MJLF): «Dire religieusement la profanation».
Henry Fontana (Psychanalyste): «Si amour est un mot d'esprit».
Gérard Rabinovitch (Philosophe): «Détours»

17h-18H


L'au-delà du texte: «Dire, elles s'y risquent, au risque de...femmes.»
Anne-Marie Houdebine(Psychanalyste. Professeur de linguistique et de sémiologie à Paris 5. Sorbonne). «Le témoin et la passante».
Tsvia Walden.(Psycho-linguiste): «Petit abécédaire de l'impensable».
Alice Cherki(Psychanalyste): «Pour la suite.....».
Claude Maillard (Psychanalyste): «Le fractal du féminin».
Danièle Rosenfeld Katz (Peintre, psychanalyste): «Couleur Aleph..Ré-inventer les toiles de vie».

Inscriptions

Participations au séminaire : 100 F
Étudiants : 80 F
Soutien : 200 F et plus