AVIS SUR LE PLAN SOCIAL

BEL AGE/ENTOURAGE ET EUREKA

- 2 mars 2001 -

 

Consulté sur le projet de licenciement collectif économique et sur le projet de plan social consécutif aux projets d'arrêt des publications Bel Age/Entourage et Eurêka dans le cadre du Livre III du Code du travail, le comité d'entreprise exprime à nouveau son désaccord sur la stratégie qui conduit à la fermeture de ces magazines.

Considérant l'intérêt des salariés, il accepte toutefois de rendre son avis sur les conséquences des décisions de la direction.

 

1. Sur le projet de plan social.

Après examen de ce plan en cours de négociation, le C.E. demande fermement à la direction de maintenir ses premiers engagements en comité d'entreprise de reclasser tous les salariés concernés, sans aucun licenciement contraint. Il note favorablement le fait que les tentatives de reclassement pourront se prolonger pendant un an. Mais il regrette que cette avancée laisse au final la possibilité d'un licenciement.

Le C.E. note favorablement les conditions de départ très cadrées offertes aux salariés volontaires.

Il demande plusieurs modifications qui vont dans le sens d'une amélioration des conditions faites aux salariés:

 

-         L'assurance que les pigistes qui seront indemnisés pour la réduction de leur activité (page 15) n’en subiront pas de répercussions sur leurs piges dans d'autres titres.

-         Le versement d'une prime de précarité portée à 12 % aux CDD touchés par les suppressions de postes (p.17).

-         La formulation plus précise du paragraphe sur le délai de réponse de la direction aux salariés qui souhaitent quitter Bayard (page 16).

-         La désignation des représentants du personnel dans la commission de suivi par les organisations syndicales (p.34).

 

Le C.E. demande que des points soient faits en séance de l’exécution du plan en juin et en octobre et un bilan complet à l’issue du plan. Il demande que la commission de suivi puisse rendre compte avec la direction lors de cette séance.

 

2. Sur l’emploi.

Par ailleurs le comité d'entreprise réaffirme son attachement fondamental du maintien, voire du développement de l'emploi à BPSA. C'est pourquoi il demande à la direction de mettre fin aux suppressions de postes dans les services et les rédactions de tous les secteurs de l’entreprise. Il demande à la direction d'engager une politique volontariste en matière d'emploi, tant dans le cadre de l'accord ARTT que dans le cadre du plan prévisionnel des emplois 2001 - 2003.

 

Cet avis est adopté à l’unanimité.