La CGT

plus que jamais opposée

aux projets de la direction

 

(pour la pétition, lire en bas de la page)

 

   Le « Rapport d’étape » présenté par la commission technique et économique du Comité d’entreprise, le 11 décembre, même s’il est forcément partiel (urgence oblige), permet, d’ores et déjà, de noter les faits suivants :

 

·        Les 62 journalistes des titres « menacés » (Entourage, Bel âge, Côté Femme, Terre sauvage, Eurêka) par les décisions immédiates de la direction représentent… 15,2% des 410 journalistes de l’entreprise (CDI, CDD) !

 

·        Ces décisions ne peuvent plus se justifier par la moindre rationalité économique ; elles sont la conséquence de choix idéologiques massifs, en rupture avec la politique éditoriale laïque qui a fait le succès de Bayard Presse pendant une vingtaine d’années, et d’erreurs de management qui n’ont jamais été corrigées alors que le Comité d’entreprise n’a cessé de les signaler et de les dénoncer depuis au moins trois ans (fermeture de l’imprimerie de La Croix, à Montrouge…). Un seul exemple : Entourage affichait un bénéfice de 200 000 francs en 1998, après plusieurs années d’une régulière montée en régime ; ce qui a justifié, sans doute, un changement radical de politique éditoriale qui a aussitôt précipité ce titre vers le déficit…

 

·        Le projet de portail Internet Bayard-WEB ne s’appuie sur aucun plan à moyen terme (sur trois ans) digne de ce nom : la seule donnée économique connue par l’expert du CE est le montant considérable (30 à 40 millions de francs) de l’investissement de Bayard Presse, à court terme, dans ce projet dont les responsables n’ont pu présenter la moindre indication éditoriale, commerciale, publicitaire… ou sociale.

 

 

Réunie le jour même, la section CGT de Bayard Presse a donc décidé de s’opposer autant que possible aux décisions de la direction. Bel Age et Entourage peuvent et doivent vivre. Côté Femme, Eurêka et Terre sauvage peuvent et doivent rester à Bayard Presse dont ils sont aussi des « piliers » éditoriaux fondamentaux ! Pour qualifier la politique de la direction, la section CGT de Bayard Presse ne savait quel mot choisir : « sabordage » ou « sabotage » ?

 

 

Pour toute la section,

Bruno Casseau, délégué syndical (58 96), et Antoine Peillon, représentant syndical au CE (69 84)

Le 18 décembre 2000

 

Jeudi 21 décembre, le CE est convoqué par la direction, pour donner son avis sur la fermeture de Bel âge et d'Entourage (livre IV). L'intersyndicale (CGT, CGT-FO, CFDT, CFTC, Snj) appelle tous les salariés de Bayard Presse à faire grève ce jour, de 14 à 16 heures, lors de la tenue du CE, à se tenir au rez-de-chaussée de l'entreprise et à signer (pour celles et ceux qui ne l'ont pas encore fait) la pétition suivante (327 signatures déjà recueillies) :

"Les salariés de Bayard Presse demandent à la direction de renoncer à sa stratégie d'arrêt des titres Bel âge et Entourage, comme à ses projets de cession de Terre sauvage, Eurêka et Côté Femme."

Une boîte aux lettres électronique (sécurisée) a été ouverte par les organisations syndicales et le CE pour recueillir les "signatures" des salarié(e)s éloigné(e)s de la rue Bayard : petitionbayard@voila.fr