Le Fromveur

Cartes de la mer d'Iroise (SHOM). La 7066 pour toute la pointe de la Bretagne ; la 7149 pour Ouessant, Molène, le chenal du Four et l'entrée dans la rade de Brest ; la 7142 de Sein à Saint-Mathieu ; la 7123 pour Ouessant, Molène et le passage du Fromveur...

Secours. Le CROSS Corsen, sur le canal 16 (VHF); diffuse aussi sur le 79 des bulletins d'information sur le trafic maritime.

Météo. Les bulletins sont captés par VHF sur le canal 79 et par BLU (1650 ou 2677 kHz), à 8 h 15 et 20 h 15 locales ou sur le répondeur "Finistère" de Météo France (08 36 68 08 29).

Bases océanographiques. La violence des courants de marée, sur la pointe de la Bretagne, s'explique par l'effet d'entonnoir observé dans les passages étroits du Raz de Sein, du Four et surtout du Fromveur. A quelques milles au large, les courants n'atteignent que trois à quatre nœuds au maximum, en vives-eaux, tandis qu'ils peuvent dépasser les huit nœuds dans les chenaux. Giratoires au large, ils sont alternatifs près des côtes, avec un léger décalage de temps entre l'étale de pleine mer et la renverse flot-jusant. L'orographie sous-marine provoque aussi des effets locaux difficiles à prévoir : tourbillons, marmites sur les hauts-fonds, courant traversiers dans les passes, contre-courants derrières les îlots... Certains courants portent sur les dangers : chaussée de Sein et Pierres Noires, principalement. Certains passages ne sont pas navigables lorsque le vent et le courant sont contraires : Fromveur et Raz de Sein.

Navigation. Chenal du Four, raz de Sein et passage du Fromveur ; ces trois passes comptent parmi les plus périlleuses du monde. Le marnage y atteint plus de sept mètres en vives-eaux et les courants plus de huit nœuds dans le Fromveur, six dans le raz et cinq dans le Four. Le Fromveur est un passage particulièrement délicat, car il s'étend sur plus de cinq milles entre les phares de la Jument et de Kéréon. Le chenal du Four et celui de la Helle sont plus longs, mais moins redoutables, sauf par tempête de nord-ouest.

Flot. Au milieu du Fromveur, le courant atteint les huit nœuds, 45 minutes après la basse mer (direction 45°), et même neuf nœuds, au sud de Men Korn (direct.ion NE). Au Kéréon (Men Tensel), huit nœuds au NNE, une demi-heure avant la BM.

Jusant. Courant un nœud moins fort, en moyenne, 45 minutes après la PM. Respectivement de direction 225° et SW. Au Kéréon, sept nœuds au SSW, une demi-heure avant la PM.

Atlas des courants de marée de l'EPSHOM, n° 560, de Goulven à Penmarc'h.

 

Photos : Jean Guichard

Histoire. François-Xavier Pierronnet, « Le droit de pensé ouessantin aux XVIIe-XIXe siècles : entre législation du bris et tradition insulaire », dans la revue Neptunus,1997, volume 3-2 : « Les parages d'Ouessant furent toujours très fréquentés, voie maritime obligatoire pour tout ce qui transite entre la Mer du Nord et l'Océan Atlantique, entre les pays anglo-saxons et les pays méditerranéens. Route aussi ancienne que la navigation elle-même, route périlleuse hérissée d'écueils et de dangers, si bien que les naufrages qui se sont produits dans ces eaux agitées sont innombrables. Le passage du Fromveur est particulièrement redoutable. Par grosse tempête de noroît, les courants et la mer déchaînée ont tendance à faire dériver les bateaux qui doublent Ouessant par la haute mer et le risque est grand alors d'être jeté à la côte, en particulier sur les deux pointes occidentales de l'île. »

Musique, avec Manu Lann Huel, Yann Tiersen...

Tant d'autres pages... Lectures d'Iroise, et photos de Plisson