Une réponse à Reporters sans frontières

Israël : pourquoi un tel acharnement ?

 

PAR ANNE LIFSHITZ-KRAMS *

Le Figaro 6 mars 2002

 

« Pourquoi tant de haine ? », demande Alain-Gérard Slama au sujet de la campagne électorale française (« Débats et opinions », 4 mars 2002). C'est bien la question que l'on se pose en lisant la diatribe de M. Ménard (« L'intimidation des journalistes doit cesser », in « Débats et opinions », 4 mars 2002), seule oraison funèbre à laquelle auront droit les enfants assassinés de Jérusalem de la part de l'association qu'il représente.

Relu à la lumière de l'ouvrage de Raphaël Draï analysé juste en dessous par Alexis Lacroix, on comprend que l'article de M. Ménard n'est en fait qu'un nouvel exemple de « stratégie de la souillure ». Non, M. Ménard, ce ne sont pas des « intérêts » juifs qui sont visés par les actes de violence en France, mais des « lieux de vie » et des « personnes » juives. Ce ne sont ni des banques, ni des entreprises, ni même des voitures, mais des écoles, des synagogues, des enfants, des commerçants, des rabbins qui ont été visés.

Pas un mot, dans votre diatribe, sur les cassettes saisies par l'Autorité palestinienne, car elles diffusaient des images de liesse après les attentats du 11 septembre, ni sur les menaces qui ont obligé ce journaliste italien à s'excuser de la diffusion des images du lynchage des soldats israéliens, et encore moins sur les enlèvements et menaces de mort pesant sur tout journaliste étranger qui diffuserait des images qui déplairaient à l'Autorité palestinienne (1). Ainsi, vous occultez l'histoire de ce journaliste américano-israélien qui vient tout juste d'être assassiné au Pakistan - uniquement parce qu'il était juif -, après avoir été forcé d'enregistrer une vidéo où il « avouait » être juif, et avoir été en Israël.

Sur la liste des journalistes emprisonnés publiée sur votre site, il y en a 2 en Egypte, 1 au Libye, 1 en Irak, 2 au Koweït et un grand nombre en Iran - qui, d'après vos propres dires serait « la plus grande prison pour journalistes du monde » -, mais aucun en Israël. Malgré vos affirmations, pas un seul journaliste tué en Israël depuis le premier janvier, pas une seule enquête de votre part. Pourquoi donc un tel acharnement ?

L'idée que les soldats israéliens viseraient volontairement des journalistes n'est donc qu'une légende de plus à mettre dans la poubelle des rumeurs issues d'une propagande bien huilée, comme celle qui les accusait du viol de femmes palestiniennes. Ce genre de rumeur prend bizarrement corps à chaque fois qu'un événement gênant pourrait discréditer les Palestiniens ou de façon plus générale les pays musulmans, et vous l'accréditez de tout le poids de la respectabilité de votre association. Oui, M. Ménard, les journalistes qui, comme vous, par paranoïa ou par dessein politique, distillent la haine et font un rapport partial et partiel de la réalité ont leur part de responsabilité dans les actes antisémites qui se produisent en France.

* Chargée de recherches au CNRS.

(1) Voir l'interview de M. Charles Enderlin sur une chaîne israélienne.