recherche détaillée

  

 ACTUALITES
   à la une
   international
   france
   société
   régions
   horizons
   analyses & forums
   entreprises
   communication
   aujourd'hui
   météo
   sports
   sciences
   culture

 AUTRES EDITIONS
.  tous les dossiers
 tous les forums
 lettres
 d'information

 les dessins du jour
 le Monde en pdf
 le Monde en html
 version palm

 CHAINES
.  interactif
 sortir
 livres
 éducation
 emploi
 finances

 SERVICES
.  archives du Monde
 services
 aux lecteurs

 contactez-nous
 sté des lecteurs

 OUTILS
   espace personnel
   mail gratuit
   mots croisés
   webcam
   outils de recherche
   navigateurs
 & utilitaires

   traducteur
   questions de
 français

L'Affaire de Jaurès
LE MONDE DES LIVRES | 02.08.01 | 14h34
Envoyer par email cet article à un amiArticle au format texte pour impression
Remarquablement édités, l'ensemble des textes que le père du socialisme français a consacrés à la défense du capitaine Dreyfus.

Les temps de l'affaire dreyfus 1897-1899 Tomes 6 et 7 des Œuvres de Jean Jaurès. Edition établie par Eric Cahm avec la collaboration de Madeleine Rebérioux, préfacière des volumes. Fayard, 770 p. et 902 p., respectivement 180,40 F (27,50 euros) et 183,70 F (28 euros).

Quelques semaines après Clemenceau, dont Michel Drouin a réédité le premier des sept volumes sur l'Affaire (1), voici Jaurès. Eric Cahm, secrétaire de la Société internationale d'histoire de l'affaire Dreyfus (Sihad), auteur d'une remarquable synthèse sur L'Affaire (Le Livre de poche, 1994), nous donne à lire un très large choix (plus de 1 500 pages !) des textes de Jaurès publiés entre novembre 1897 et septembre 1899. Avec la collaboration de Madeleine Rebérioux, présidente de la Société des études jaurésiennes, qui signe aussi deux préfaces et un superbe avant-propos général, Eric Cahm nous offre un époustouflant travail d'éditeur : rigoureuse annotation, éclairantes introductions aux chapitres, index des noms et pratique index des "mots clefs", liste complète des textes de Jaurès, permettant ainsi de retrouver sans peine ceux qui n'ont pas été retenus, bibliographie et courtes notices biographiques de cent quarante des acteurs cités. Le spécialiste, comme l'amateur - grâce à ce superbe appareil scientifique -, y verront apparaître dans le détail un Jaurès qu'on connaît pourtant bien.

En effet, grâce aux travaux de Madeleine Rebérioux, de Vincent Duclert, et plus généralement de la Société des études jaurésiennes, on savait déjà quel dreyfusard il avait été. On avait pu lire Les Preuves - texte fondamental, extraordinaire déconstruction, dans les règles de l'art, de l'accusation contre Dreyfus et formidable démonstration de son innocence -, trois fois rééditées (et deux fois par Madeleine Rebérioux) depuis l'édition originale de 1898.

voir séquence

Livres

Mais Les Preuves, ici reprises, placées dans leur contexte, restituant à leur place les textes que Jaurès avait écartés pour l'édition en volume, prennent une tout autre ampleur. De même, pour la première fois, sont donnés deux autres grands ensembles de textes qui permettent de suivre Jaurès dans des démonstrations tout aussi irréfutables : celui sur l'enquête de la Cour de cassation en 1899 et celui sur le procès de Rennes.

COMBAT SANS RELÂCHE

Cet exceptionnel travail, qui nous permet de suivre une histoire en train de se faire, nous montre un Jaurès opiniâtre, obstiné, ne relâchant pas une seconde son attention et sa garde dans ce combat qu'il savait être le bon. Et ce formidable lutteur, cet "homme libre", menait un combat d'autant plus remarquable qu'il avait aussi face à lui certains de ses amis qui n'appréciaient guère qu'il s'engageât pour un richissime militaire - fût-il une victime et un martyr. Et plus grave encore, qu'il soutînt l'entrée dans le gouvernement de défense républicaine de Waldeck-Rousseau, et au côté du "fusilleur de la Commune" Galliffet, général et marquis, du socialiste Millerand.

Sur fond d'affaire Dreyfus c'est donc aussi de socialisme, bien évidemment, dont nous parlent ces deux forts et stimulants volumes : de sa participation à une crise dite "bourgeoise", des alliances qu'il peut accepter avec les autres classes, des rapports qu'il peut entretenir avec la République, de la possibilité pour un de ses membres d'entrer dans un ministère bourgeois, et aussi du rejet qui doit être le sien de l'antisémitisme. Il est à cet égard tout à fait intéressant de voir comment Jaurès - et au-delà de lui le mouvement ouvrier - put, à la lumière de l'affaire Dreyfus, considérer, puis reconsidérer, la "question juive". De voir comment, au fil de son engagement, Jaurès prit conscience que juifs et capitalistes rimaient bien pauvrement et qu'existait, nombreux, un prolétariat juif. Quelle excellente idée dans cette perspective d'avoir, en appendice, repris l'exhortation à l'engagement que constitue la Lettre des ouvriers juifs socialistes de Paris au Parti socialiste français, document fondamental aussi à partir duquel il faudra un jour revenir précisément sur la prétendue passivité juive pendant la grande crise de l'affaire Dreyfus, que Péguy, Léon Blum et Hannah Arendt ont posée en vérité historique.

Mais plus encore, Eric Cahm et Madeleine Rebérioux n'ayant pas voulu sortir l'Affaire et l'engagement qui y fut celui de Jaurès des autres questions du moment, c'est aussi toute l'actualité de ces années 1897-1899 qui défilent sous la plume de Jaurès : la vie politique et parlementaire, les grèves, la guerre hispano-américaine à propos de Cuba, Fachoda, et, au moment où y déferlaient la vague antisémite, l'Algérie et la question arabe si généralement alors ignorée. Une grande édition donc et qui nous fait espérer que paraîtront rapidement les tomes 9 et 11, sous la responsabilité de Gérard Baal pour le premier et de Vincent Duclert pour le deuxième, volumes dans lesquels nous découvrirons dans le détail le Jaurès de la "troisième Affaire", celui de la relance de 1903 qui permettra la réhabilitation de l'innocent et celui de l'amitié avec un Dreyfus en lequel l'auteur des Preuves avait su voir, au-delà du symbole qui seul voulait intéresser un grand nombre de dreyfusistes, un homme.

(1) L'Iniquité, éd. Mémoire du livre, "Le Monde des livres" du 1er juin.

Philippe Oriol

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 03.08.01