www.fromveur.com

créé le 28 juillet 2000

mise à jour le 22 décembre 2002

merci à OUVATON, l'hébergement coopératif

Passage du Fromveur

 

Sommaire général

 


Cogito

Sous le patronage de René Descartes (1596-1650), de la philosophie, de l'histoire, de la sociologie..., des morceaux du vase brisé de la pensée. Car "la manifestation du vent de la pensée n'est pas la connaissance ; c'est l'aptitude à discerner le bien du mal, le beau du laid. Et ceci peut bien prévenir des catastrophes, tout au moins pour moi-même, dans les rares moments où les cartes sont sur la table."

Hannah Arendt, Considérations morales, 1971

 

 


Ahavat Israël

Ci-gisent...

Certains ont écrit dans les ghettos et dans les camps et ont été anéantis. D'autres ont écrit pendant les années de l'extermination et, rescapés, ont poursuivi leur oeuvre. D'autres enfin ont parlé d'une autre rive de l'espace et du temps. Chaque voix, chaque parole solitaire est unique. Pourtant, cinquante ans après, dans le silence de l'anéantissement, une autre lecture s'est imposée à moi, car "les vents / de l'oubli / éteignent / les noms" (Leïzer Aichenrand).

Rachel Ertel, Dans la langue de personne; Poésie yiddish de l'anéantissement, Seuil, 1993

 

 

Invincible espoir

"L'homme n'a pas deux âmes différentes, l'une pour chanter et pour chercher, l'autre pour agir; l'une pour sentir la beauté et comprendre la vérité, l'autre pour sentir la fraternité et comprendre la justice. Quiconque envisage cette perspective se sent animé d'un invincible espoir. Que l'homme contemple le but, qu'il se fie à son destin, qu'il ne craigne pas d'user sa force. Quand l'homme se trouble et se décourage, il n'a qu'à penser à l'Humanité."

Léon Blum, A l'échelle humaine, au Fort du Portalet, décembre 1941

 

 

Clef des songes

La-poésie-la-vie... "Mon sens de la responsabilité, tout aussi nécessaire, je l'apaise en énumérant tout ce que je fais. Je me sens pleinement occupé. Mais la nuit, quelque chose vient me torturer et je ressens le besoin, douloureux - car on ne peut pas l'appeler envie -, d'allumer la lumière, de m'asseoir et d'écrire, n'importe quoi. Cette nuit de nouveau!"

Ludvik Vaculik, La Clef des songes

 

 


Grandeur nature

Que sont devenus le pays, sa matière et son âme ? Sous l'écume des journaux télévisés dévitalisés de tout débat, des millions de femmes et d'hommes aspirent à une vie authentique, libre et responsable. Hors l'artériosclérose autoroutière, la nature s'insinue partout où la technique n'a plus les moyens de maintenir ses mensonges plaqués Inox. Nombreux sont déjà celles et ceux qui  se refusent aux actes qui délient le monde. La nuit, le hêtre, la chouette et l'étranger un peu sombre ne leur font pas peur.

 

 

Breizh


Peut-être en effet avons-nous flâné, trop cédé à notre fantaisie, grand péché pour ceux à qui le temps est compté. Fallait-il "s'imposer" un itinéraire ? Consulter le guide tous les dix ans ? Nous n'avions pas emporté de guide. A bas les promenades dirigées ! Et des itinéraires, il y en a de bien nombreux.

Louis Guilloux, Ma Bretagne, éditions Folle Avoine, 1999

 

 

 


Le phare de Kéréon, bâti entre Ouessant et Molène, dans le passage du Fromveur, sur la roche Men Tensel (pierre hargneuse), fut construit en partie grâce à un don (585.000 francs 1910) de Madame Lebaudy qui demanda que le phare reçoive le nom de Kéréon en mémoire de son grand-oncle Charles Marie Le Dall de Kéréon, enseigne de vaisseau guillotiné à Brest, en 1794, à l'âge de dix-neuf ans. Il fut construit de 1907 à 1916. De par ses aménagements luxueux (rotonde lambrissée, rosace sur le sol, en marqueterie d'acajou et de poirier, mobilier en chêne de Hongrie...), il fut qualifié de « palace de la mer » par ses gardiens.

Le paysage que j'aime a des noms précis. Il est fait de lumières toutes différentes, posées dans la nuit à leur place exacte. Au nord les phares d'Ouessant : blancs, la Jument et le Créac'h ; rouges, le Stiff et Kéréon. Dans le chenal du Fromveur, les Pierres noires, le Four. Parfois le faisceau de l'Ile Vierge, là-bas, en Manche. Jean-Pierre Abraham, "Armen"

Coordination : Antoine Peillon,

avec Philippe Breton, Jérôme Gulon, Yigal Palmor, Vincent Peillon, Gérard Rabinovitch, Alain Vincenot, Rebecca Wengrow

Avertissement : La loi française du 11 mars 1957 (révisée le 3 juillet 1995) sur la protection des droits d'auteur n'autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article 41, d'une part, que les "copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, "toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite" (alinéa 1er de l'article 40). Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou des ses ayants droit, est illicite constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal, ainsi que par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Toutes les œuvres originales publiées par le Passage du Fromveur sont protégées par un dépôt de leurs empreintes numériques à la Société des gens le lettres (SGDL, système "Cléo")

 

L'ACTU

 

 

Le 22 décembre 2002 Du sang sur la neige (hiver)

Le 23 septembre 2002 L'automne à tire-d'aile (pages nature)

Les dernières bal(l)ades de la numeri©amera : Londres, Corfou, le pont-canal de Briare, le canal de Bourgogne, la Côte Vermeille, Saint-Vaast-la-Hougue et l'île Tatihou, vert Dijon, la baie de Somme...

 

"Diagnostic" Une nouvelle nouvelle de Rebecca Wengrow

 

Gloire de l'Abeille Flandre

 

Septembre 2002 A la remontée, respecter les paliers (step by step...)

 

Juillet 2002, Jérôme Gulon expose à Briare-le-Canal

 

Avril 2002, dans les territoires palestiniens, les forces de défense israéliennes sont enfin engagées dans une guerre ouverte contre le terrorisme. En France, tandis que les attentats antisémites toujours plus graves se multiplient, les pouvoirs publics font démonstration d'indifférence et d'irresponsabilité, et la presse se livre à une désinformation servile.

Nos pages AHAVAT ISRAEL, YAD HAZAKA et HASBARA

Nitsavim, Deutéronome 30:19 J'appelle aujourd'hui à témoin devant vous les cieux et la terre: j'ai placé devant toi la vie et la mort, le bonheur et la malédiction. Choisis la vie !, et tu vivras, toi et ta descendance, Deu 30:20 en aimant l'Éternel, ton D.ieu, en écoutant sa voix, et en lui restant fidèle; car c'est là la condition de ta vie et de la longueur de tes jours, c’est ainsi que tu te maintiendras sur la terre que l'Éternel a juré à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob, de leur donner.

 

Le 13 décembre 2001 Une "euromanif", à Bruxelles, pour la solidarité

wpe1.jpg (24220 octets)

 

Novembre 2001 : des voix pour la VIe République ; fondation de la France Radicale - Gauche Démocratique et Républicaine

 

Le 11 septembre 2001 : sélection d'analyses à la page Ahavat Israël

 

Pierre Legendre : "Nous assistons à une escalade de l'obscurantisme"

 

la numeri©amera en bal(l)ade

 

Que vive la mémoire des résistants et déportés du bataillon FFI d'Eysses !

 

Le 1er juillet 2001 : "Louis-Ferdinand Céline, l'idole antisémite", par Antoine Peillon


En construction perpétuelle

Le Passage du Fromveur est un collectif d'édition (à but non lucratif) d'œuvres inédites ou déjà publiées, dont les auteurs, qu'ils soient philosophes, poètes, journalistes, écrivains du shabbat ou du dimanche, ne vivent pas la littérature comme devant rester lettre morte. Pour tous, l'ange de l'Histoire doit suivre - par la volonté des hommes - l'étoile de la Rédemption, dans les limites de la simple raison. Même si le chemin passe dans les cendres et à travers les décombres.

Correspondance 


Paria

- Ma Patrie... elle est par le monde ; / Et, puisque la planète est ronde, / Je ne crains pas d'en voir le bout... / Ma patrie est où je la plante : / Terre ou mer, elle est sous la plante / De mes pieds - quand je suis debout.

Tristan Corbière, dans Les Amours jaunes, 1873.


   Je ne remarque en nous qu'une seule chose qui nous puisse donner juste raison de nous estimer, à savoir l'usage de notre libre arbitre, et l'empire que nous avons sur nos volontés. Car il n'y a que les seules actions qui dépendent de ce libre arbitre pour lesquelles nous puissions avec raison être loués ou blâmés, et il nous rend en quelque façon semblables à Dieu en nous faisant maîtres de nous-mêmes, pourvu que nous ne perdions point par lâcheté les droits qu'il nous donne.

René Descartes, Les Passions de l'âme, art. 152.

 


Il est, dans la tradition juive, un concept difficile à définir et pourtant bien concret, que nous appelons Ahavat Israël, "l'amour du peuple juif"... (Gershom Scholem, "Lettre à Hannah Arendt", Jérusalem, le 23 juin 1963, publiée dans Fidélité et utopie, Calmann-Lévy, 1978)


Le 5 octobre 1789

Les représentants du peuple français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif pouvant à chaque instant être comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.


Libre

 

Je me vois qui tourne

dans le brouillard des songes

ayant mes repères  sachant lire

dans chaque geste ce qui est bon ...

 

                                                                                                                            Douarnenez, 5 octobre 1976


Le 10 mars, vers 17 h 30. Bois de la Claie (Fontainebleau et Trois-Pignons sauvages)

   Crachin venant de l'Ouest, avec parfois des averses plus soutenues. Forêt embrumée sous la pluie. Le peu de lumière qui diffuse sous les arbres donne une impression de fin de journée. Pourtant, en cette saison, le soleil ne se couche réellement que vers 19 heures.

   A une quarantaine de mètres à l'Est du chemin de la Claie, près du carrefour de la Gorge aux Frissons, je lève de sa bauge un beau sanglier : tiers-an ou quartanier en longue pelisse d'hiver, pattes sombres et corps marron clair à beige. Je lui ai presque marché dessus, car j'allais rapidement et silencieusement sur les feuilles détrempées, droit vers sa litière. Je ne l'avais pas vu, avant qu'il ne se lève d'un bond, à moins de trois mètres, face à moi.

   Une fraction de seconde, nous restons tous deux figés par la surprise de nous trouver ainsi nez à boutoir. Puis le solitaire se retourne très vite sur sa gauche, poussant un profond grognement, soufflant sa désapprobation, et s'esquive au petit galop, sans précipitation, en zigzaguant un peu vers le Nord-Ouest.

   Sa bauge : deux boutonnières de sable dénudé et bien sec, creusées dans la mousse et les feuilles mortes. L'une était sous les branches serrées d'un jeune pin et l'autre sous un tronc étendu à 30 cm au-dessus du sol, pas plus. J'ai flairé la couche encore tiède, d'où n'exhalait aucune odeur particulière. A peine un parfum humide de bolets qu'on viendrait de cueillir.


Le Reine de l'Arvor est encore en bois, comme l'étaient, il y a plus de cinquante ans, le Sainte Anne d'Henri Gourmelen, ou le Jean Jaurès de Jean Stéphan, le Neptune de Grégoire Perrot, et les Bonne Mère d'Espérance, Fends les Vagues, Marchons en Paix et autres Travaille pour la Paix, dont les noms emblématiques en disent long sur les croyances et les espoirs des pêcheurs de Douarnenez-la-Rouge, Douarnenez-la-Résistante, qui était aussi cette paroisse de Douarnenez-la-Mystique où l'on suivait la messe avec la carte de la CGTU glissée dans le missel à la page du Credo.

"Cornouaille, la joie au péril de la mer", dans Terroirs