SAISONS

Antoine Peillon

 

 

   Si la nature certes a ses saisons, elle a aussi ses humeurs qui se jouent bien de la rigidité des calendriers, fussent-ils révolutionnaires avec leurs mois travestis en "ventôse" ou en "floréal". Qui n'a pas connu des Noëls au balcon, et des Pâques aux tisons ? Et le printemps ne commence-t-il recta qu'aux 20 ou 21 mars ? Variations du climat -comme on le dit pour la musique-, qui semblent inquiéter d'autant plus l'Homo urbanus qu'elles ne sont plus vécues qu'à travers les lucarnes opaques des téléviseurs, mais variations bien réelles qui mettent le brame du cerf en septembre ou en octobre, selon l'année, l'altitude et les derniers caprices du vent.

   Et pourtant, l'horloge interne du monde est inlassable. Sous leurs atours de fantaisie -"saints de glace" ou "étés indiens"-, les saisons ont une régularité à laquelle tous les instincts se plient. Les messages de la lumière, de sa croissance ou de son repli, passent outre les hésitations du thermomètre et s'impriment dans la chair des créatures. Derrière l'écran des rétines et de la peau, les hormones relaient les photons, et tous ceux qui rampent, volent ou trottent vont à des rendez-vous obligatoires où se traitent les affaires de l'amour, de l'appétit ou du sommeil.

   Connaître peu à peu cette respiration de la vie s'y conformer, multiplie les chances de rencontres et d'observations naturalistes remarquables. La richesse des saisons vaut mille et une fois celle des châteaux... Sur la voie buissonnière, où seule l'expérience personnelle compte vraiment, le tableau suivant donne tout de même quelques repères (surtout profitables dans les grandes forêts d'Île-de-France et du Centre) qui éviteront aux lecteurs de suivre inutilement nombre d'impasses pavées de faux espoirs et d'attentes vaines.

 

1/ JANVIER

 

Cerfs : Grands regroupements hivernaux : hardes de biches, faons et jeunes ; hardes de mâles (sauf les plus vieux qui restent solitaires). Les groupes mixtes ne sont pas rares, contrairement  aux opinions schématiques de nombreux chasseurs.

 

Chevreuils : Les brocards sont en velours. La vraie gestation commence pour les chevrettes fécondées en juillet-août, le développement des embryons restant suspendu jusqu'alors (ovoimplantation différée, diapause embryonnaire).

 

Sangliers : Fin du rut. Parfois, premières naissances, après environ quatre mois de gestation (112 à 126 jours), lorsque l'automne précédent a été particulièrement abondant en fruits forestiers (2 périodes de mises-bas dans l'année) : glands, faînes, cornouilles...

 

Autres mammifères : Rut éphémère et bruyant du renard. A partir de la mi-janvier, amours sonores du chat sauvage. A la fin du mois, premières poursuites amoureuses des écureuils.

 

Oiseaux : Appels de plus en plus insistants des hulottes. Rassemblements d'oiseaux d'eau.

 

Flore : Églantiers, épines-vinettes, symphorines et houx sont en fruits.

 

 

2/ FÉVRIER

 

Cerfs : Grands regroupement hivernaux, en fait très instables en nombre d'animaux et dans leur structure. Les hardes sont, semble-t-il, d'autant plus importantes quand le milieu est ouvert, le climat rude et la nourriture peu abondante, comme en Écosse.

 

Chevreuils : Premiers frottis. Dès la mi-février, les brocards commencent à perdre leurs velours.

 

Sangliers : Éclatement des compagnies matriarcales : les jeunes des années précédentes sont rejetés par les laies adultes qui s'isolent avant les mises-bas. Les jeunes mâles de deux ans et plus prennent leur indépendance.

 

Autres mammifères : Naissances chez les blaireaux, au fond des terriers. Poursuites amoureuses des écureuils. Bouquinage précoce des lièvres mâles qui boxent à terrain découvert (l'espèce se reproduit de janvier à septembre). Premières portées de campagnols agrestes (toute l'année si le climat est doux). Amours souterraines de taupes, jusqu'en juin (pic de reproduction entre mars et mai). Le rut des chats sauvages se poursuit jusqu'à la fin du mois. Premières amours de lapins de garenne, à la fin du mois.

 

Oiseaux : Premiers vols et chants nuptiaux, parfois dès janvier, des hulottes. A la mi-février, chant nuptial des moyens-ducs (mâles). A la fin du mois, pariades des rares chevêches (jusqu'à mi-avril). Retour des buses variables migratrices, puis des grives, alouettes, bergeronnettes grises. Arrivée des hérons cendrés et reconstitution des héronnières. Martèlements des pics sur les troncs : marquage du territoire et construction des nids. Chants des merles et des grives. Arrivée des gros-becs, ou "casse-noyaux" bien nommés, à la fin du mois.

 

Flore : Noisetiers et aulnes en chatons. Floraison des perce-neige, puis, à la fin du mois, des violettes et des petites pervenches.

 

3/ MARS

 

Cerfs : Les cerfs les plus âgés "jettent leur tête" (font tomber leurs bois qui, une fois à terre, s'appellent "mues") et s'isolent (se "recèlent"), souvent dans des bosquets en périphérie des grands massifs. La repousse commence aussitôt. Les cerfs mâles momentanément "décoiffés" sont dits "mulets" et font preuve d'une exceptionnelle discrétion...

 

Chevreuils : Frottis des brocards pour débarrasser leurs bois neufs du velours qui commence à s'en détacher. On dit qu'ils "touchent au bois". Forte activité de lisière (sorties hors bois). Premiers grattis de marquage des territoires saisonniers (été) des mâles. Associés aux frottis, les grattis constituent alors les "régalis" qui signent très clairement la présence des brocards territoriaux.

 

Sangliers : Naissances précoces. Les mâles de deux ou trois ans deviennent solitaires. Jusque début-mai, recherche des pommes de terre et ramassage des semis de tournesol.

 

Autres mammifères : Premières portées de campagnols des champs (jusqu'en octobre). Naissances de renardeaux (maximum pendant la deuxième quinzaine de mars). Paroxysme du bouquinage chez les lièvres et amours bondissantes des lapins de garenne qui ont atteint leur minimum démographique. Premiers lapereaux dès la mi-mars. Premiers levrauts aussi (les hases ont entre deux et cinq portées par an). Sortie des nids d'hibernation pour les hérissons, dès que la nourriture (insectes, vers de terre, limaces...) est abondante. Naissances chez les martres des pins et chez les fouines, leurs cousines. Avec le raccourcissement des nuits, les martres chassent avant le coucher du soleil et aussi après l'aube, alors qu'en hiver elles sont habituellement nocturnes. Rut des putois (en avril aussi).

 

Oiseaux : Ponte unique de la hulotte, dans la première quinzaine du mois. A partir de la mi-mars et jusqu'à la mi-avril, ponte souvent unique du moyen-duc. Premières envolées d'alouettes. Premières bécasses à la croule. Combats nuptiaux des coqs faisans. Le pic vert fore son trou. Passages des sarcelles d'hiver, oies cendrées, grues cendrées, vanneaux huppés, et, plus rarement, du milan royal. Parades des grèbes huppés. Nidifications des pigeons ramiers, tourterelles turques, pies et corneilles. Vols nuptiaux des buses variables, faucons crécerelles, autours des palombes (très rares) et éperviers d'Europe. Couvaisons des canards colverts, foulques macroules et poules d'eau.

 

Divers (faune) : Rassemblements procréateurs de grenouilles rousses, puis de crapauds communs. S'il fait beau, premières sorties des vipères, des lézards de muraille et des lézards verts, puis des couleuvres. Accouplements d'escargots de Bourgogne.

 

Flore : Floraison des premières primevères, pâquerettes, et aussi des crocus printaniers et tussilages (dès février). Floraison des ifs. Fruits noirs du lierre, jusqu'en mai. Chatons mâles des trembles. Lactaires, jusqu'en novembre.

 

4/ AVRIL

 

Cerfs : Continuation de la mue (perte des bois), chez les plus jeunes mâles. Dislocation des hardes hivernales. Dispersion maximale des populations sur leurs massifs.

 

Chevreuils : Commencement de la mue des chevreuils du poil d'hiver (long et gris) en poil d'été (court et roux), d'abord sur la tête, puis le cou, les pattes et enfin le corps. Les plus jeunes muent les premiers. Forte activité de lisière.

 

Sangliers : Maximum de mises-bas dans les "chaudrons", en année normale. A la naissance, les marcassins mesurent environ 25 cm de longueur et pèsent entre 600 et 1200 g. Grande purge de printemps, grâce aux herbes des clairières reverdies. Du milieu du mois jusqu'à la mi-mai, ramassage des semis de maïs. Deuxième rut pendant les années de fortes glandées (naissances en septembre).

 

Autres mammifères : Bouquinage toujours vif chez les lièvres. Encore des renardeaux, jusqu'à début mai. Naissances chez les chats sauvages (parfois jusqu'en octobre)... et les mulots sylvestres  (jusqu'en octobre aussi), leurs proies principales. Les martres et les fouines mettent bas (de mars à mai), après une gestation vraie de 8 à 9 semaines (ovoimplantation différée pendant 8 mois). Naissances chez les hermines, après 225 à 380 jours de gestation (ovoimplantation différée pendant 9 à 11 mois !). Naissances chez les putois, jusqu'en juin. Premières amours des hérissons (se prolongent jusqu'en août), des muscardins (sous la protection des premiers feuillages), des lérots tout juste éveillés, des musaraignes carrelets (souvent dès mars) et des campagnols. Premières sorties des petits blaireaux devant les terriers (en mai aussi) dont la litière usagée est expulsée en boules pour être remplacée par de la litière fraîche. Réveil des loirs et des noctules (chauve-souris).

 

Oiseaux : Amours des faisans. Arrivée du milan noir. Entre mi-avril et mi-mai, ponte unique de la chevêche. A la fin du mois, retour d'Afrique de la bondrée apivore et arrivée des engoulevents. Passages de quelques busards des roseaux (plaine de Chanfroy...), jusqu'en juin. Premiers coucous. Pontes des bergeronnettes grises, troglodytes mignons, sittelles torchepot, poules faisanes et perdrix rouges (Larchant), puis des perdrix grises, bécasses des bois et pics épeiches. Pontes du faucon crécerelle et du geai des chênes.

 

Divers (faune) : Mue des couleuvres et des vipères. Réveil des guêpes, bourdons. Amours d'escargots et sorties de limaces. Le soir, vols des hannetons, jusqu'en juin. Premiers moustiques.

 

Flore : Floraison des jonquilles ou narcisses jaunes (dès mars), jacinthes des bois (jusqu'en juin), violettes (dès mars), pâquerettes, pissenlits et primevères (l'acaule dès mars, l'élevée et l'officinale -ou "coucou"- ensuite). Floraison de l'aubépine (en mai aussi). Saules et bouleaux en chatons. Feuillaison des hêtres. A la fin du mois, floraison des lilas. Premières morilles.

 

5/ MAI

 

Cerfs : Rupture momentanée des "familles" (biche et jeunes des deux années précédentes), à l'approche des nouvelles naissances. Naissances des faons, surtout à partir de la mi-mai. Mue en poil d'été (biches et jeunes mâles).

 

Chevreuils : Fin de mue. Naissances des faons, surtout à partir de la mi-mai. Maximum de grattis (marquage des territoires), jusqu'à la fin-juillet.

 

Sangliers : Allaitement et élevage des marcassins. Mue de printemps.

 

Autres mammifères : Amours des hermines (jusqu'à fin-juillet) qui redeviennent plutôt diurnes, dès que les jours rallongent. Premières naissances chez les hérissons et les lérots. Sevrage des renardeaux, à la faveur des fortes densités de campagnols et lapins de garenne, puis de mulots à partir de juin. Sevrage aussi des jeunes blaireaux et grands déplacements de leurs mères. Pointe des amours du hérisson (de même en juin), à grand renfort de reniflements très bruyants. Amours des loirs gris (jusqu'en septembre).

 

Oiseaux : Appels des coucous. Chant crépusculaire des engoulevents (jusqu'en juillet) et première de leurs deux pontes annuelles. Premières tourterelles des bois. Arrivée des bondrées apivores. Arrivée des loriots et chants des rossignols. Pariade des corneilles. Ponte de l'épervier.

 

Divers (faune) : Amours croassantes des rainettes. Têtards dans les mares. Fourmis rousses en activité. Limaçons, chenilles et faux cloportes sont de sortie.

 

Flore : Feuillaison des chênes (début du mois). Floraison des épicéas et des pins. Floraisons du muguet, des narcisses encore, des églantiers et des framboisiers (jusqu'en juillet).

 

6/ JUIN

 

Cerfs : Naissances, surtout jusqu'à la mi-juin. Mâles en velours. Mue en poil d'été (vieux mâles). Reconstitution des trios familiaux : biche, faon et jeune de l'année précédente.

 

Chevreuils : Naissances, surtout jusqu'à la mi-juin.

 

Sangliers : De la mi-juin au début d'août, razzias sur les céréales à paille (blé, seigle, avoine...).

 

Autres mammifères : Jeux de renardeaux et des petits mustélidés (martres, fouines, hermines, belettes) dont les parents s'accouplent jusqu'en août. Naissances chez les chauves-souris. A la fin du mois et au début de juillet, maximum de contacts sociaux chez les hérissons. Portées de 4 ou 5 petits loirs gris. Naissances chez les grands murins et les grands rhinolophes (chauves-souris). Pic de reproduction du campagnol roussâtre.

 

Oiseaux : Couvaison de la bondrée apivore. Deuxième croule des bécasses des bois. Deuxièmes pontes des troglodytes mignons. Premiers vols de jeunes buses variables.

 

Divers (faune) : Pontes des lézards des murailles, des lézards verts et des orvets.

 

Flore : Floraisons de l'aspérule odorante (ou "reine des bois"), de la clématite, jusqu'en août, et du chèvrefeuille des bois, jusqu'en octobre. Premières coulemelles. Fraises des bois.

 

7/ JUILLET

 

Cerfs : Premiers frottis pour débarrasser les nouveaux bois de leurs velours (d'abord chez les vieux mâles). Fréquentation assidue des souilles (jusqu'à la fin du brame, en octobre).

 

Chevreuils : Commencement du rut, surtout à partir de la mi-juillet.

 

Sangliers : Fin de l'allaitement des marcassins.

 

Autres mammifères : Maximum de naissances chez les hérissons. Naissance de l'unique petit de l'oreillard roux (chauve-souris), au milieu du mois.

 

Oiseaux : Premières escapades des jeunes chouettes hulottes, y compris en plein jour. Émancipations des jeunes faucons crécerelles, autours des palombes et pics de toutes sortes. Deuxièmes couvées chez les alouettes et les martins pêcheurs. Coucous déjà sur le départ.

 

Divers (faune) : Éclosions de crapauds et d'escargots.

 

Flore : Floraison des callunes, jusqu'en octobre. Plein développement des fougères grand-aigle.

 

8/ AOÛT

 

Cerfs : Frottis (frayure des bois), pour les jeunes mâles. Constitution des hardes de brame (biches et jeunes).

 

Chevreuils : Plein rut, jusqu'à la mi-août.

 

Sangliers : De la mi-août à la fin-octobre, orgies dans les maïs en épis. Reconstitution des grandes compagnies, avec la réincorporation des jeunes des années précédentes (bêtes rousses).

 

Autres mammifères : Maximum démographique (troisièmes ou même quatrièmes portées !) chez le lapin de garenne dont les effectifs se sont multipliés par trois, en moyenne, depuis février. Les jeunes hérissons (trois ou quatre semaines) sortent de leurs nids et suivent leurs mères à la queue leu leu. En cas de sécheresse, les taupes chassent leurs proies (invertébrés) en surface.

 

Oiseaux : A la fin du mois, départs des engoulevents, de la bondrée apivore et du milan noir pour leurs quartiers d'hivernage. Départs des rossignols, des loriots et des tourterelles des bois.

 

Divers (faune) : Fourmilières (fourmis rouges) en pleine effervescence. Verts luisants. Naissances des vipéreaux.

 

Flore : Sorbiers des oiseleurs, aubépines, framboisiers et ronces (mûres) en fruits. Coulemelles (lépiotes élevées). Premiers bolets, cèpes, russules et girolles. Noisettes.

 

9/ SEPTEMBRE

 

Cerfs : Rut (brame), surtout à partir de la mi-septembre. Mue en poil d'hiver (jeunes cerfs).

 

Chevreuils : Forte activité de lisière.

 

Sangliers : Festins de glands, faînes et champignons.

 

Autres mammifères : Dernières portées de lapins de garenne.

 

Oiseaux : Derniers rossignols. Départs des hérons. Départs de certaines buses et de certains éperviers. Premiers chants de hulottes.

 

Divers (faune) : Amours de l’épeire diadème, ou "porte-croix" (araignées).

 

Flore : Floraison verte du lierre (assailli par les abeilles, guêpes, mouches...) et fruits rouges du houx (en octobre aussi). Faînes. Trompettes de la mort sous les hêtres.

 

10/ OCTOBRE

 

Cerfs : Rut, surtout jusqu'à la mi-octobre. Mue en poil d'hiver (vieux mâles), jusqu'à la fin novembre (biches).

 

Chevreuils : Forte activité de lisière. Premières chutes des bois (vieux brocards). A la mi-octobre, rapide mue en poil d'hiver.

 

Sangliers : Rut précoce, en cas de glandée et faînée exceptionnelles. Mue d'automne.

 

Autres mammifères : Hibernation des noctules dans les arbres creux, des muscardins et des loirs gris.

 

Oiseaux : Hivernage de busards Saint-Martin, jusqu'en mars (plaine de Chanfroy...). Les hiboux moyens-ducs se réunissent en "dortoirs" d'hiver. Départ des gros-becs et des bécasses vers le Sud.

 

Flore : Les graines du faux fruit (cynorrhodon) de l'églantier sont mûres. Châtaignes et glands (dès septembre).

 

11/ NOVEMBRE

 

Cerfs : Constitution des hardes d'hiver (en cas d'hiver précoce et particulièrement rigoureux). Concentrations maximales des populations en certains points des massifs.

 

Chevreuils : Chute des bois, jusqu'à fin décembre.

 

Sangliers : Début du rut.

 

Autres mammifères : Commencement d'hibernation du hérisson, s'il fait froid et que la nourriture (en automne : fruits sauvages, glands, champignons, invertébrés...) vient à manquer.

 

Flore : Les sorbes rouges restent sur les sorbiers des oiseleurs tout l'hiver.

 

12/ DÉCEMBRE

 

Chevreuils : Dernières chutes des bois.

 

Sangliers : Paroxysme du rut : combats de mâles quand les solitaires s'approchent des compagnies. De décembre à fin-avril, recherche des vers dans les prairies et les herbages. Déterrage des épis ou des grains de maïs enfouis par le labour, dans les champs, jusqu'à la fin de février. Activité accrue des compagnies, parfois jusqu'en pleine journée, quand la nourriture commence à manquer, par temps de neige ou de gel.

 

Autres mammifères : Premières poursuites amoureuses des écureuils (jusqu'à début juillet).